Note de lecture

Colette Klein, Après la fin du monde, par Sylvestre Clancier

Colette Klein, Après la fin du monde, nuages. Requiem, Les Écrits du Nord / Editions Henry, sous la direction de Jean Le Boël, dans le cadre du groupe la rumeur libre Editions, 2023.

Ce livre préfacé par Antoine Spire, président du PEN Club français, est à la fois beau et fort. Il est même poignant par l’expression poétique de son auteure qui mieux que d’autres sait dire la tragédie de l’humain qui aspire à l’amour, à l’écoute, à l’attention réciproque, au partage, à l’amitié, et qui, hélas, en est souvent empêché  par des embûches indépendantes de sa volonté et qui le désempare.

Quand la vie ne nous a pas permis de côtoyer et de mieux connaître celles et ceux qui par les liens du sang auraient dû être nos proches, il est trop tard pour changer notre destin.

Comment alors rencontrer celles et ceux qui auraient pu changer notre vie sinon en posant les mots du poèmes comme la terre et les cailloux d’amour symbolique sur la page du livre de notre vie.

Dans le même mouvement de ce tombeau collectif, Colette Klein façonne d’autres stèles pour celles et ceux qui furent ses ami•e•s et qu’elle garde en son cœur comme au plus profond de son âme.

Ce furent compagnes ou compagnons de  route  qui sont morts et qui en partant ont façonné sa solitude de femme et de poète mais qui l’aident et l’aideront à jamais à se tenir debout.

Les poèmes qui précédent et accompagnent ces stèles sont autant de cailloux blancs sur le chemin qui dans la solitude advenue nous mènent à la fin du voyage  qui aura bientôt été le nôtre. Antoine Spire, vous invite à lire ce livre, comme je vous y invite. Je le cite :

« Vous découvrirez le peuple de ceux qui habitent dans la tête de Colette Klein. Vous

auriez pu faire partie de leurs amis et vous vous prendrez à rêver que Colette vous embarque

dans cette cohorte de ceux qui l’accompagnent aujourd’hui et demain jusqu’à la fin du monde. »

Un beau cadeau que ce livre / tombeau écrit par une authentique poète. Un livre rare et précieux.

 

 Sylvestre Clancier

Étienne Faure, Vol en V, éditions Gallimard – par Anne Gourio

Note de lectureComme on suit, fasciné, la trajectoire des oiseaux migrateurs, le dernier recueil d’Etienne Faure puise dans le ballet aérien de leur « vol en V » un sens de l’élan, du franchissement, du frayage qui se nuance en légères et souples inflexions au fil des espaces traversés à...

lire plus

Frédérique Guétat-Liviani, Il ne faudra plus attendre un train, éditions LansKine – par Étienne Faure

Ce recueil emprunte son titre à l’une des trois parties qui le composent : si c’était le cas, (passe) ; il ne faudra plus attendre un train. En découvrant cette composition, on pense spontanément à un ensemble où viendrait s’intercaler le texte de (passe). Puis l’œil et l’oreille distinguent vite une même voix, dans ces deux pans, deux partis pris formels différents dans le cheminement de l’écriture de Frédérique Guétat-Liviani.

lire plus

Le journal des poètes 1/2022 – par Nicolas Rouzet

Le Journal des Poètes, numéro 1 de l’année 2022 – La langue est aussi frontière, nous dit Jean-Marie Corbusier, pratiquer un art, c’est toujours ouvrir quelque chose qui est présent autour de nous. C’est d’un même esprit d’ouverture que témoignent les poètes luxembourgeois auxquels est consacré le dossier présenté par Florent Toniello. Ici les langues dépassent les frontières, elles se chevauchent…

lire plus