Né en 1942 à l’Isle-sur-la-Sorgue. Il a été professeur de lettres à Marseille, dans des classes préparatoires et a conduit, pendant un peu plus de dix ans, une activité de cinéaste (culminant avec Le Maître des moissons, 1972 et Mutus Liber, tableaux pour Nicolas Flamel, 1984).

Il s’est ensuite tourné résolument vers la poésie. Il est a été ou est membre des conseils de rédaction des revues Sud, Autre Sud, Les Archers, à Marseille, et Osiris, à Deerfield, Massachusetts, USA.

Il est poète, critique littéraire, traducteur de poésie (italienne et anglaise) et préside une association de lecteurs de poésie, dénommée « Poiéô », à l’Isle-sur-la-Sorgue.

Conseil de rédaction

André Ughetto

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie depuis l’an 2000

Poésie :
Édifices des nuages, Ubik Éditions, avec des encres de Pierre Dubrunquez, Marseille 2015.
Demeures traversantes, Encres vives (2013).
Rues de la forêt belle, Le Taillis Pré, 2005
Je ne sais pas faire de livres, Le Port d’attache éditeur, Marseille, 2010

Théâtre :
Cinq entretiens avec Pétrarque, pièce en 5 actes jouée dans le Vaucluse pendant l’été 2011, publiée par les éditions de l’Amandier, Paris, octobre 2013.
Pauvres Vaudois du Luberon : drame théâtral en 4 actes sur le massacre des Vaudois en Provence au XVIe siècle ; représentations pendant l’été 2012, publié par la Revue des Archers (Marseille), 2013
Jeanne vendit alors Avignon à son Pape, pièce en 4 actes jouée à l’Isle-sur-la-Sorgue en août 2014. En instance de publication.

Traductions :
La Garde, poèmes de Fabio Doplicher, éditions Autres Temps, 2002
Ce désir obstiné, je le dois aux étoiles, nouvelle anthologie (augmentée) duCanzoniere de Pétrarque, Le Bois d’Orion, L’Isle sur la Sorgue, 2002
Luna velata, poèmes d’Andrea Raos, traduction collective, cipM Les Comptoirs de la Nouvelle B.S., 2003
Huit Temps pour un présage, de Bruno Rombi, Autre Temps, 2004
Chroniques de la vie incertaine, de Eugenio de Signoribus, revue Fario, n° 7, 2009, n°8 2010

Divers :
Le Sonnet, une forme européenne de poésie, Ellipses, 2005 (étude sur la forme du sonnet, suivie d’une anthologie en six langues avec des traductions inédites de sonnets italiens, espagnols, anglais, allemands et russes)
Préface de l’ouvrage d’art de Dominique Dalemont sur Les Sculpteurs du métal, éd. Somogy, 2006
La Muse transalpine, essai sur la poésie italienne contemporaine, éditions du Port d’attache, mars 2008

EXTRAIT

ROME REVOIR

à Paul Veyne

Revoir Rome
Réentendre son langage de Ville.
Stazione Termini où débute aventure
Tangente au ciel feint l’idée de « grandeur ».

Circuit de cirques –
Amphithéâtres de collines –
Coupoles demi-sphères
En droite mire d’impérieuses voies –

Minauderies serpentines du Tibre –
Cintres romans – voûtes et arcs –
Arches de ponts et d’aqueducs –
Escaliers ondoyants et parcours

Sinueux – statues galbées – colonnes torses –
Fontaines aux tritons – jets d’eaux dessinés courbes –
Parasols elliptiques des pins –
Partout la vie, la volupté tourbillonnante,

La Femme enthousiasmée et la Sainte Majeure
Que l’Artiste en Vénus ou Madone exalta.
Du vortex féminin où s’abîme l’Histoire,
Les dieux seuls survivants à distance se toisent

De Capitole à Vatican ;
Mais exhumés, brandis, se côtoyant,
Ont parts égales en la beauté du lieu,
Créolité parfaite du visible.